Différence entre l’étiopathie et l’ostéopathie

letiopathie-et-losteopathie

Publié le : 01 novembre 20164 mins de lecture

Dans une perspective sémantique, la dénomination étiopathie est plus précise que celle d’ostéopathie. Effectivement, si cette dernière invoque viscéralement une médecine dédiée à traiter les os, l’étiopathie mentionne plutôt une médication ciblant le soin du symptôme. C’est le but collectif de ces deux remède, et ce malgré leurs différentes appellations.

Qu’on invoque étiopathie ou ostéopathie, on parle toujours de techniques manuelles (procédures quasiment identique) ; de traitements holistiques ; de disciplines qui explorent le motif du dysfonctionnement (qui vont plus qu’un simple signe) ; de médecines fondées sur la morphologie, physiologie, et biomécanique. Christian Trédaniel, un Français qui s’est initié en ostéopathie en Amérique est le créateur de l’éthiopathie. Dans les années 63, de retour en Europe, il fonde l’étiopathie. Cette nouvelle technique représente un héritage de l’acquis centenaire des rebouteux et dénoueurs qui pratiquaient dans les campagnes avant l’établissement de la médecine traditionnelle. La majorité des étiopathes sont éduqués en Suisse (institut de Genève) et, de ce fait, s’appellent étiopathes et non ostéopathes. De même, ils n’exercent pas l’ensemble du crâne tandis qu’un ostéopathe s’en passe péniblement. Quant à l’ostéopathie elle a vu le jour au 19e siècle, créé par Andrew Taylor Still. Ce docteur, autoproclamé, certifie dans ses chroniques que Dieu lui a dévoilé l’ostéopathie. L’étiopathie, elle reste ouvertement mécaniste et, se particularise un peu plus que l’ostéopathie qui, si elle postule une démarche scientifique (fondement sur l’anatomie, la physiologie et la biomécanique au programme en ostéopathie), ne médit pas l’apparence philosophique d’origine. Les procédés ne se singularisent que légèrement de l’une de l’autre. La différenciation est à développer dans la mesure où on rencontre de multiples courants en ostéopathie. Or, on a tendance à dire qu’il existe plus d’ostéopathes que d’ostéopathes. Les parcours sont multiples et les institutions d’ostéopathie également. Par contre tel les chiropracteurs, en étiopathie l’enseignement est combiné et peu de courants. Selon l’ordonnance du 4 mars 2002 qui institutionnalise la méthode ostéopathique et chiropractique (conformément aux formalités différentes), quelques étiopathes sont exclus. Effectivement, si les ostéopathes et chiropracteurs ne pouvaient, plus être assaillis pour exercer illégalement la médecine, les étiopathes, quant à eux, n’étaient pas sécurisés. La loi pouvait les poursuivre. C’est pourquoi multiples étiopathes se sont résolus à modifier leur nom en ostéopathes. La manière la plus commode est de pencher pour un thérapeute au lieu d’une thérapie. Durant le premier rendez-vous, renseignez-vous sur l’approche qu’il favorise, de son diplôme, de son savoir-faire, de son appartenance à un organisme spécialisé régional ou international.

Plan du site